Le Zéro Déchet, pour tous
0

Réduire le gaspillage alimentaire : des solutions

Réduire le gaspillage alimentaire : des solutions

À l’heure actuelle, si on accuse les supermarchés, à raison, de jeter des denrées alimentaires encore consommables ou on clame que les collectivités doivent faire des efforts, nous, citoyens, ne sommes pas en reste quant à notre marge de progression. Eh oui, selon l’Ademe, l’Agence de la transition écologique, le gaspillage alimentaire représenterait 30 kg par an et par habitant, soit un budget de 100 € qui part directement à la poubelle. Fort heureusement, il est évitable par de simples gestes : vous nous suivez ?

Le gaspillage : un problème mondial

Rassurez-vous, il n’y a pas que dans notre charmant pays que le gaspillage alimentaire est monnaie courante. À travers le monde, près de 1/3 de la totalité de la nourriture produite pour la consommation est perdue ou gaspillée : cela ne représente pas moins de 1,3 million de tonnes par an ! Loin de nous l’idée de vous déculpabiliser : au-delà du gaspillage, ce problème est très symptomatique de notre société de consommation de masse. Rappelons que, alors que même les pays comme le nôtre vivent dans l’opulence, 25 000 personnes dont 10 000 enfants meurent chaque jour de faim ou d’une cause associée à travers le monde. Faire notre part, à notre petite échelle pour réduire ce gaspillage alimentaire, n’est peut-être pas un gros effort non ? 

Que gaspille-t-on le plus en France : décryptage

Le gaspillage alimentaire est un véritable fléau : qui n’a jamais jeté un aliment passé, défraîchi ou encore oublié au fond du sac de course un peu trop longtemps après l’avoir acheté ? Nous avons tous, un jour où l’autre, commis ce geste répréhensible. D’après une étude de l’Ademe, dans son dossier "Manger mieux, gaspiller moins" de septembre 2019,  la moitié des produits alimentaires jetés sont des produits frais, à savoir des légumes (31 %) et des fruits (19 %). Viennent ensuite les liquides (24 %) ainsi que le riz, les pâtes ou encore les céréales (12 %). 

Une méconnaissance des dates de consommation

Rien ne vous choque dans notre dernière phrase ? Le riz, les pâtes et tous les produits secs… ne périment pas !! Non ! Sur les emballages de ces produits, si vous ne les achetez pas en vrac, vous trouverez une DLUO. Kesako ? Différente de la DLC, date limite de consommation, qui doit être scrupuleusement respectée pour ne pas risquer votre santé – et qui s’applique essentiellement à des produits frais tels que le fromage, la viande, le poisson… –, la date limite d’utilisation optimale, DLUO, indique une date au-delà de laquelle l’aliment risque de perdre en qualité gustative, voire nutritive, mais reste tout à fait consommable. Ouvrez donc l’œil avant de jeter quoi que ce soit à la poubelle !

Les autres causes du gaspillage alimentaire

Mais pourquoi donc nous retrouvons-nous alors à jeter des aliments qui auraient pu être consommés à la poubelle ? Nous oublions que derrière chaque produit il y a des personnes qui les cultivent et qu’il est le résultat d’effort et de patience. En consommant en supermarché, en voyant ces produits industrialisés en abondance, difficile d’y voir la main de l’homme et de se rendre compte de la valeur des aliments. Ensuite, il y a ce que nous faisons de ces produits : après une journée de travail, parfois on va au plus facile et rapide, et c’est normal. Il y a aussi le fait que parfois nous n’avons pas envie de consommer les restes et de manger deux fois la même chose. Vous l’aurez compris : il s’agit de mauvaises habitudes, qui sont plus faciles à perdre que vous ne le pensez.

Privilégiez les circuits courts

Cela peut paraître tout bête, mais en changeant votre manière de faire les courses, vous considérerez autrement les aliments que vous achetez. Par exemple, sur un marché, en achetant les tomates de ce petit producteur, qui les a fait pousser amoureusement, et aussi pour nourrir sa famille, vous aurez du mal à les laisser se gâcher. Essayez, vous verrez : en mettant un visage sur ces tomates, elles paraîtront bien précieuses !

Lutter contre les achats compulsifs

Le supermarché, le petit magasin bio ou encore le maraîcher peuvent être de vrais lieux de tentation : on se laisse aller à des achats impulsifs pour différentes raisons, qui vont du paquet de biscuits alléchant à l’envie de tout manger. Pour éviter de céder à vos envies du moment, du moins à les rendre plus raisonnables et raisonnées, il suffit de préparer vos achats, oui oui. Déjà, la règle d’or c’est de ne pas partir faire les courses quand on a faim : vous aurez envie de tout manger… et donc d’acheter bien plus qu’il ne faut ! 

Faire une liste de course : le garde-fou

Bien sûr la liste, qui peut correspondre à un menu établi pour la semaine ou pas, permet d’éviter les débordements. Vous vous en tiendrez strictement à ce dont vous avez besoin, ni plus ni moins. À la fin de la semaine, vous ne vous retrouverez pas avec des produits frais qui ne le sont plus vraiment sur les bras. Aussi, pensez à bien regarder les DLC, date limite de consommation, quand vous achetez yaourts, œufs et autres produits périssables. Pour les fruits et légumes, hormis tout ce qui se conserve un moment (courges, citrouille…), le mieux reste d’acheter ce dont vous avez besoin en frais au fur et à mesure : vous aurez ainsi bénéficié d’un goût optimal et des vitamines contenues dans les fruits et les légumes.

Acheter les bonnes quantités

Les promotions, si cela concerne des denrées périssables, oubliez, à moins que vous ayez prévu de faire des conserves ou des confitures dans les jours qui suivent ou encore d’inviter des amis à la maison. C’est alléchant, vous avez l’impression que vous pourriez faire des économies, mais au final, vous serez sans doute perdant ! À la place, privilégiez le vrac quand cela est possible, pour acheter seulement ce dont vous avez besoin, ainsi que les produits à la coupe : pas de gâchis !

Bien conserver vos aliments

Comme vous avez pu le voir, les aliments défraîchis ça arrive. Mais en les conservant bien, vous pouvez en prolonger la durée de vie et donc éviter qu’ils ne trépassent prématurément :
- conservez plus longtemps votre salade en la mettant dans un linge humide après l’avoir lavée et essorée, rangée dans une boîte au réfrigérateur ;
- le citron aide à conserver les fruits entamés : arrosez-les d’un filet de jus de citron ;
- utilisez des emballages réutilisables pour emballer vos aliments et les conserver ;
- coupez et congelez les légumes qui sont encore bons, mais que vous n’allez pas consommer tout de suite ;
- pour éviter qu’ils ne germent, mettez vos oignons, pomme de terre, ail ou encore échalote… à l’abri de la lumière et de l’humidité ;
- enfin, inscrivez la date à laquelle vous avez ouvert un produit (lait, crème fraîche, etc.) pour pouvoir le réutiliser dans les délais conseillés sur l’emballage.

Cuisiner autrement

Pour éviter de vous lasser de votre ratatouille que vous avez cuisinée dans une quantité équivalente à celle pour nourrir un régiment et devoir la jeter, rien de plus simple :
- congelez : après qu’elle a bien refroidie et un petit passage dans le réfrigérateur, direction le congélateur ;
- cuisinez-la autrement : en quiche, en omelette, en flan, en cake salé, en lasagnes, il y a plein de façon de varier les plaisirs.
Bien sûr, cela marche avec d’autres restes.


Et de manière générale, veillez à :

- pesez/quantifiez vos aliments lorsque vous cuisinez, cela évite les restes si ce n’est pas votre truc ;
- ne jetez jamais le pain rassis : faites-en de la chapelure, du pain perdu, du pudding… ;
- cuisinez vos légumes fatigués : des tomates un peu mûres seront un délice en sauce tomate, et pomme de terre mollassonnes et carottes fatiguées excellentes en soupe, agrémentées d’un poireau. 

Vous voyez, ce n’est pas compliqué : cela pousse même à la créativité. Votre alimentation en sera positivement impactée !

À lire aussi
Fanes Et Pelures : Cuisinez Les Restes De Vos Légumes !
Emballages réutilisables : mode d'emploi
Comment faire ses courses zéro déchet ?

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous devez accepter l’utilisation et l'écriture de Cookies sur votre appareil connecté.

Pour en savoir plus et paramétrer les traceurs, cliquez ici.


J'accepte