Le Zéro Déchet, pour tous
0

Confinement : vivez-le sans culpabilité !

Confinement : vivez-le sans culpabilité !

Même en temps de confinement, la « normalité » s’infiltre dans votre vie et n’a de cesse de vous mettre la pression : sur les réseaux sociaux ou à la télé, on vous exhorte à « profiter » de ce temps à la maison. Faites ci, faites ça, si vous ne vivez pas votre meilleure vie, cloîtré, chez vous, vous avez raté votre confinement. Et si on résistait à ces injonctions ?

Oubliez le manger-bouger, et ne gardez que le premier

« Et toi, tu suis quel cours de yoga ? Sur Instagram ou YouTube ? » Cette question posée par un(e) ami(e) vous a laissé avec un sentiment ambivalent mêlant la consternation, mais aussi l’étonnement. Pourquoi donc faudrait-il faire du yoga ou, pire, des séances Hiit (un type d’entraînement à haute fréquence cardiaque à la mode puis quelques années) dans votre salon ? Beaucoup de gens se mettent au sport durant le confinement, notamment pour limiter la prise de poids. Oui, votre activité physique est réduite par rapport à d’habitude, mais votre organisme devrait y survivre. Et puis les soignants vous diront merci : cela vous évitera sans doute d’engorger les urgences à cause d’une blessure en réalisant des figures périlleuses.

Raccrochez votre tablier sans culpabilité

Pain cocotte, pain au lait, plats mijotés, pâtisseries en tout genre, vous n’en pouvez plus de votre feed Instagram rempli de toutes les réalisations culinaires possibles et inimaginables ! À croire que tout le monde s’est découvert une passion pour la cuisine. Alors s’il faut bien faire à manger, vous n’êtes pas obligé de mettre les petits plats dans les grands et pouvez céder aux plats préparés si vous n’avez pas l’énergie de vous lever de votre canapé.

Non, vous n’êtes pas obligé de vous laisser aller

Triste réalité : le pyjama semble être LE vêtement préféré des Français durant le confinement. Si rester en pyjama toute la journée a un côté vacances ou résurgence de l’enfance pour beaucoup, pour vous, être accoutré d’un pyjama même si vous ne voyez personne de la journée n’est pas un plaisir. Pire : cela vous sape le moral. Et vous savez quoi ? Vous avez le droit de détester rester en pyjama !

Libérez-vous des contraintes

Est-ce que l’on peut parler 5 minutes des blagues sur les femmes pendant ce confinement ? Entre les photos de Chewbacca, au mieux, ou de femmes grosses – coucou la grossophobie – parce que vous prendrez peut-être quelques kilos durant ces semaines, vous ne savez plus où donner de la tête. Est-ce qu’une femme est vraiment obligée d’être préoccupée par la coupe qu’elle aura après le confinement ou se morfond parce qu’elle ne pourra plus faire une sortie hebdomadaire chez Sephora ou qu’elle aura pris de la cellulite ? La réponse est non. Avant d’être une femme, aussi incroyable soit-il, une femme est un individu qui s’efforce de vivre comme elle peut cette période inédite. Le reste, on s’en fiche un peu (faux : totalement). Donc si vous êtes une femme et que vous ne portez pas de soutien-gorge depuis le 17 mars, et que vous ne vous êtes pas non plus épilée, rassurez-vous : vous êtes quand même une femme.

Qui suis-je, où vais-je, que fais-je ?

Tout être humain ou presque finit par se poser ces questions – on vous file un coup de pouce, la réponse à la deuxième est « nulle part », enfin tant que le confinement n’est pas levé. Mais parfois, la vie va trop vite, et on se perd un peu. Le confinement appelle à se recentrer sur soi… Surtout quand on le vit seul(e) ! De là à faire une introspection, il n’y a qu’un pas… que vous ne franchirez pas : alors que vous ne savez peut-être même pas quand et comment ce confinement se terminera, vous n’avez pas envie de réfléchir sur votre vie, de faire « un bilan » ou « le point ». Mieux vaut ne pas se triturer l’esprit, pour garder un mental d’acier. Ecoutez-vous et respectez vos besoins : ça sera déjà bien !


En conclusion, chacun fait, c’qui lui plaît plaît plaît plaît ! (De rien pour la chanson.) À partir du moment où il reste confiné, bien évidemment ! Il y a autant de manières de vivre cette période de privation de libertés que d’individus. Restez chez vous et prenez soin de vous !

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous devez accepter l’utilisation et l'écriture de Cookies sur votre appareil connecté.

Pour en savoir plus et paramétrer les traceurs, cliquez ici.


J'accepte