Ma semaine Zéro Déchet

Publié le 06/06/2018 dans Hygiène et soins , Vie quotidienne , Vivre bio !
Ma semaine Zéro Déchet

En France, une personne produit environ 400 kilos de déchets par an ! Chez My Wonderful Kids, on vous dévoile, jour par jour, les secrets d’une semaine sans déchet...

Lundi

8h00 : Cette fois-ci, quand l'alarme retentit, ce n’est pas une journée comme toutes les autres qui s’annonce, mais bien un jour exempt de détritus. Je souffle un bon coup, et je fonce dans la salle de bain où m’attendent shampoing, savon solide, cosmétiques bio et carrés démaquillants lavables. C’est doux, ça sent bon et ça n’agresse pas la peau. Pour l’instant la journée commence bien !

12h00 : Pause midi, munie de deux gourdes inox : celle dans ma main droite est plus large que grande et contient une bonne soupe chaude, celle dans ma main gauche, de l’eau fraîche. Avec les gourdes inox, la température est bien gardée jusqu’à plus de 12h et en plus les aliments n'amassent pas de goût bizarre... Le plastique me semble déjà si loin !

19h00 : Zéro déchet jusqu’au bout, je décide de ne pas émettre de déchet atmosphérique non plus, et je pars du travail en vélo. Non sans avouer que c’est un peu plus long, et cerise sur le gâteau (non emballé) : il pleut...

20h00 : Après le dîner, exit le film étirable et autres sottises : les restes vont dans des contenants en verre ou en inox, ou droit au compostage.

Mardi

8h00 : Une routine beauté 100% écolo qui s’accompagne d’un cure oreille en bambou, d’un dentifrice passablement pâteux au goût citronné, et d’un déodorant dégageant une forte odeur d’huile essentielle, mais qui doit encore faire ses preuves…

12h00 : Lorsque je demande à la boulangère d’oublier sac plastiques et papier avec la baguette, je réalise que j'aurai du penser au tote bag ou à la serviette en tissu… Faire une croix sur les ordures, ce n’est certainement pas pour les gens bordéliques ou pressés ! Il n’y a pas de secrets : le zéro déchet, ça s’organise !

20h00 : En nourrissant nos amis luisants du compost des épluchures de nos légumes, on remarque que cuisiner sans déchet, c’est surtout manger plus sain car les aliments ne peuvent plus se cacher sous leurs emballages trompeurs…

Mercredi

12h00 : Cette fois-ci, je suis bien mieux équipée pour mon déjeuner : couverts réutilisables, sandwich emballé dans du tissu à l’aide d’un élastique et quelques encas emportés dans la poche à snack. Au top !

18h00 : Les courses.
Direction supermarché avec mon panier en osier pour découvrir qu’il est bien difficile d’y faire mes courses sans emballage… Il faut se concentrer sur les légumes non emballés et les produits en vrac, à emballer dans des sacs et serviettes en tissus.

Jeudi

8h00 : Le dentifrice a déjà bien meilleur goût...

12h00 : Jamais plus sans mes gourdes inox et mes pots en verres !

Vendredi

20h00 : Resto zéro déchet.
J’ai l’impression d'être le client désagréable et trop exigeant qu’on préférerait voir rester chez lui. Je demande qu’on ne m’offre pas de paille dans mon verre. Puisqu'ils seront interdits d’ici 2025, autant s’y habituer maintenant !
Quand il en vient au plat principal, je me rends compte que j’ai deux options : mettre mes restes dans mon petit pot en verre ou finir entièrement mon assiette. Je décide alors de laisser libre cours à ma gourmandise pour l’honorable cause du zéro déchet (quelle bravoure !) On peut dire qu’il n’y a pas que des inconvénients à ce choix de vie ;)

Samedi

11h00 : Les courses se font chez les commerçants de proximité et les fruits et légumes aux marchés, équipée de mes sacs en tissus.

16h00 : Le ménage 100% fait maison. C’est vinaigré et mes sols n’ont jamais autant brillés !

Dimanche

16h00 : on y est presque ! Mais attention à ne pas craquer ! Difficile de ne pas craquer pour le premier paquet de cookies ou de chips ! Je décide de les faire moi-même avec un peu d’inventivité et les ingrédients qu’il me reste.

Bilan : À la fin de la semaine, je ne suis pas peu fière du minable tas qui remplace mon sac poubelle débordant, et bien plus motivée à contribuer positivement à l'environnement, car au final, ce n’est qu’un coup à prendre !


Ajouter un commentaire